Home / Interviews / Interview d’Antoine “to1nou” Pirard, joueur chez Team LDLC

Interview d’Antoine “to1nou” Pirard, joueur chez Team LDLC

to1nou

J’ai posé quelques questions à Antoine “to1nou” Pirard à l’occasion de la victoire de la Team LDLC à l’ESWC 2017. Découvrez vite l’interview ci-dessous.

L’INTERVIEW

Salut Antoine. Tout d’abord, félicitations pour ton titre à l’ESWC 2017 avec la Team LDLC. Pourrais-tu brièvement te présenter à nos lecteurs? Comment es-tu venu à Counter-Strike et quel a été le déclic qui t’a propulsé au rang de professionnel du sport électronique?

to1nouBonjour, et merci! Je m’appelle Antoine Pirard, alias to1nou, je joue à Counter-Strike depuis mon enfance et je suis joueur professionnel pour la Team LDLC. J’ai pendant longtemps joué pour le fun avec des amis et mes frères grâce à qui j’ai découvert le jeu, très loin des modes compétitifs et du jeu en équipe.

A l’âge de 12-13 ans, j’ai commencé à découvrir qu’il y avait des compétitions sur ce même jeu et donc à m’intéresser un peu à ce qu’était l’eSport. J’étais fasciné. J’ai commencé à créer des équipes avec des amis et j’ai fait ma première LAN quand j’avais 14-15 ans. J’ai pas mal joué sur des leagues solo, ce qui m’a permis d’évoluer individuellement. En enchaînant les petits tournois, je me suis créé des contacts avec des joueurs plus compétitifs et j’ai eu la chance de participer à un projet stable avec un bon groupe de potes, on s’entendait super bien et en enchaînait les tournois. On a réussi à se créer une place dans le top français.

Nous avons joué ensemble pendant 2 ans et nous avons, durant cette période, participé à nos premiers tournois internationaux et décrochés notre premier contrat professionnel chez LDLC (White). De là, il y a eu des changements sur la scène française, j’ai rejoint Ex6TenZ tout en restant chez LDLC et cela depuis un an et demi.

Vous avez affronté ARES lors de votre premier match, avec une victoire sur Inferno et un nul sur Cobblestone. Que s’est-il passé sur cette deuxième map? Que vous a-t-il manqué pour arracher la win?

Nous avons commencé en terro, on s’en sort sur un 9-6 satisfaisant. On passe CT et de là, on a du mal à enchainer deux rounds d’affilées, cela ne nous permettant pas de construire une économie solide. Je dirais simplement qu’on a manqué de solidité sur les rounds cruciaux, ils ont opté pour un jeu rapide en appuyant sur ce qui leur avait réussi plus tôt dans le side, on a pas su les stopper individuellement ni s’adapter de manière à les contrer. On s’en sort tout de même avec 4 points sur 6, nous avons souvent eu du mal à rentrer directement dans les tournois donc ça ne nous a pas inquiété plus que ça et on est resté confiant pour la suite.

Votre deuxième match se fera contre les allemands de BIG. Comment avez-vous abordé ce match? Était-ce déjà un peu le match dans le match entre les deux favoris de la compétition? Une défaite aurait fait mal au moral pour la suite?

C’était nos concurrents direct lors des ESWC, on s’était imposé contre eux quelques semaines auparavant en ESL Pro League et ils sortaient d’un match difficile contre ARES lors duquel ils avaient concédé une carte. On a débuté le match avec sérénité et on est resté en maîtrise tout du long : on finit par s’imposer 2-0 plus facilement qu’on ne l’aurait imaginé. On a bien joué, et ça nous a boosté mentalement pour la suite du tournoi.
LDLC @ ESWC 2017


L’étape suivante : *aAa*. Vous avez déroulé pour vous imposer 2 à 0. Un petit mot sur le retour à la compétition de cette structure mythique? Est-ce une bonne nouvelle pour le sport électronique?

Je ne suivais pas la scène compétitive CS lors des grandes épopées *aAa*, mais j’en ai tout de même beaucoup entendu parlé. Ça a l’air d’enchanter une bonne partie de la communauté et ça fait un club professionnel de plus en France. Donc oui, c’est une très bonne nouvelle pour le sport électronique!

Vous vous qualifiez pour la finale et y retrouvez BIG. L’avantage psychologique était pris suite à votre victoire 2-0 en poule, est-ce que cela a eu une grosse influence sur votre jeu?

Oui très certainement, nous avons mal débuté le match en CT sur Mirage. Et malgré ça, nous sommes restés calmes et nous avons effectué un gros comeback en allant chercher la première carte en overtime, ce qui ne serait peut-être pas arrivé sans l’avantage psychologique que nous avions pris en début de tournoi. Nous avons continué sur la même lancée dès le début de la deuxième, qu’on a gagné beaucoup plus aisément.

Raconte-moi un peu ton ressenti sur cet ESWC. On a eu droit à quelques nouveautés cette année : seulement 4 équipes, des BO2 en phase de poule, as-tu apprécié ce format de compétition?

C’est pour le moins original, je n’avais jamais vu un tel format utilisé dans une autre compétition. De mon point de vue, ça reste un format qui laisse moins de place à la surprise que des groupes en BO1 par exemple. La sensation de se retrouver en grande finale après une phase de poule était un peu bizarre, mais dans un tournoi à 4 équipes, ça ne choque pas et on allait pas s’en plaindre!

On a entendu beaucoup de fans se plaindre en arguant que l’ESWC avait perdu de son prestige d’antan, qu’une victoire là-bas n’avait plus la même saveur qu’autrefois. Es-tu d’accord avec ça?

Oui, c’est vrai que l’ESWC a perdu de son charme ces dernières éditions et particulièrement celle-ci, même si c’est toujours super de jouer devant un public francophone sur une scène telle que celle de la Paris Games Week. La régression a commencé l’an dernier quand les équipes du top n’ont plus voulu y participer, mais ça restait tout de même une édition avec 32 équipes venues des quatre coins du monde.

Ça permettait à des petites équipes de participer à un évènement international de grosse envergure, ce qui rendait le tournoi sympa à jouer et à regarder pour les spectateurs. Même si je ne vois pas l’ESWC réussir à attirer les meilleurs équipes du monde à nouveau dans un futur proche, j’espère qu’ils opteront pour une édition internationale avec beaucoup d’équipes comme ils l’avaient fait l’an dernier. CS:GO manque de tournois de ce genre.

ESWC PGW

Vous sortez d’une période un peu délicate, où il vous a été compliqué d’enchainer les bons résultats et de confirmer ceux-ci. Est-ce que cette victoire était le déclic attendu par l’équipe pour se relancer sur de bons rails et retrouver votre régularité au plus haut niveau?

Cette victoire fait du bien c’est sûr, ça nous permettra sûrement de prendre un peu de confiance et d’avoir une idée du mental et de l’état d’esprit à adapter afin de performer en LAN. Ce que nous avions eu du mal à trouver à la DreamHack Denver après une longue période sans évènements offline et qui était aussi le premier tournoi avec DEVIL, la dernière recrue de l’équipe.

Quels sont les objectifs de l’équipe après une victoire dans un tel évènement? Allez-vous souffler un peu et profiter de ce titre? Ou enchainer directement sur cette dynamique positive?

Nous ne sommes pas tout à fait satisfait de nos résultats cette saison, nous voulons mieux faire la prochaine. Nous avons préservé notre place en ESL Pro League, ce qui est très important même si nous avons perdu quelques matches les dernières semaines, nous retrouvant donc en bas de tableau alors que la qualification pour les Play-offs était toujours possible avant ça.

Un autre objectif était de se qualifier à un maximum de gros tournois internationaux, et nous avons souvent échoué aux dernières étapes des qualifications, ce qui nous a un peu déçu et ça sera à nouveau notre principal objectif dans les mois prochains. Si nous y arrivons, pourquoi pas réussir à faire de beaux résultats là-bas, car nous savons que nous en sommes capable et c’est ce qui nous permettra de passer une étape en tant qu’équipe et de se rapprocher du top mondial.

Nous arrivons ici dans une période creuse sans réelles échéances à court terme, nous allons donc un peu souffler et commencer au plus vite à travailler notre jeu pour la saison prochaine, chose que nous n’avions pas réellement pu pousser aussi loin que nous le voulions à cause des nombreux matchs officiels que nous avions à préparer dernièrement.

Quant à Ex6TenZ et moi, nous participons aux WESG à Barcelone dès jeudi avec l’équipe belge, ça sera une bonne expérience et puis c’est toujours sympa de représenter la Belgique dans un tournoi international tel que celui-ci. Notre objectif sera dans un premier temps de passer les phases de poule, signe de qualification pour les finales mondiales en Chine, mais ça sera loin d’être facile puisque nous nous retrouvons dans une poule où le niveau est relevé avec notamment EnVyUs, Virtus.Pro et la Russie. On donnera le maximum!


Dernière question : que penses-tu de l’e-sport en Belgique? Quelle est ta relation avec celui-ci? Que pourrions-nous faire pour l’améliorer et combler notre retard avec nos voisins français par exemple?

Je me sens attaché à l’eSport belge, je veux le voir grandir et c’est aussi dans l’intérêt des joueurs que ça évolue. Ça serait bien de voir apparaître de réels statuts juridiques pour les joueurs dans un futur proche, il commence à y avoir un nombre conséquent de joueurs belges, mais la plupart jouent à l’étranger ou sont indépendants et du coup aucun club n’est réellement professionnel en Belgique afin de pousser à ce que les choses avancent à ce niveau-là.

Par rapport aux tournois organisés en Belgique, nous n’avons pas à rougir des français. J’essaye de participer à un maximum de LANs en Belgique et pour avoir jouer dans les deux pays, les LANs belges (Louvard, FoM, SugarLan) sont presque irréprochables : pas de retard, des admins à l’écoute et très sympathiques, beaucoup d’équipes participantes et c’est très souvent sold-out rapidement, contrairement à certains évènements français qui accumulent les retards et ont du mal à se remplir malgré un cashprize plus conséquent. Les belges aiment se déplacer pour jouer et ça fait plaisir.

Des leagues commencent aussi à se développer sur la scène Benelux telles que l’ESL Championship, avec un format saisonnier et proposant des finales LAN dans un cadre professionnel, assez similaire à ce qu’on voit en France avec le Championnat National Français. Ces associations grandissent, proposent de meilleurs services et de plus gros tournois chaque année, ça fait plaisir mais malheureusement aucune d’entre elles n’arrivent encore à attirer de grosses équipes européennes afin de faire de la Belgique un grand pays de l’eSport. Ça serait sympa d’avoir plus de gros évènements ici, telles que les demi-finales des Worlds sur League of Legends en 2015 à Bruxelles. A suivre…

to1nou

Un énorme merci à toi d’avoir joué le jeu. Je te laisse le traditionnel mot de la fin.

Merci à toi pour l’interview, à LDLC, OMEN by HP, Cooler Master, Ballistix et Seagate pour le soutien et les infrastructures qu’ils mettent à notre disposition et salut aux lecteurs de frags.be!

Retrouvez to1nou sur Twitter : @LDLC_to1nou

Crédits photos : Team LDLC, HLTV, Manatee, Brune Hérard (ESWC), James Cao (ESWC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.