Home / Jeux / CS:GO / La fin des loot boxes en Belgique?

La fin des loot boxes en Belgique?

Loot Boxes

La Commission des jeux de hasard se penchait sur le cas des loot boxes depuis plusieurs mois. Son verdict est tombé cette semaine : cette pratique est contraire à la législation relative aux jeux de hasard en Belgique ! Cela signifie-t-il la fin des loot boxes en Belgique?

PRÉSENTATION

Pour rappel, une loot box est une sorte de coffre que vous pouvez (mais n’êtes pas obligé) d’acheter directement en jeu avec de l’argent réel. Ces coffres contiennent le plus souvent des éléments cosmétiques qui n’ont aucune influence sur la performance ou l’expérience de jeu. Mais il arrive que dans certains cas, ils contiennent des bonus divers qui donnent un avantage à son possesseur, ce qui créée un déséquilibre entre le joueur qui a porté la main au portefeuille et les autres. Ce qui pose problème au niveau légal, c’est que le joueur ne connait jamais à l’avance le contenu de son coffre. C’est la raison pour laquelle certains pays apparentent cette pratique à un jeu de hasard.

Loot Boxes

Depuis la polémique créée lors de la sortie de Star Wars Battlefront II et ses loot boxes litigieuses (le jeu sortait avec très peu de contenu, ce dernier étant totalement débloqué après un nombre d’heures de jeu irraisonnables ou via l’achat de loot boxes), le microcosme vidéoludique mondial s’est agité en tout sens. Plusieurs pays se sont immédiatement penchés sur la question et ont rendu des conclusions parfois très différentes.

En Belgique, le Ministre de la Justice Koen Geens a pris l’affaire au sérieux et a demandé à la Commission des jeux de hasard de mener une enquête approfondie sur le phénomène. Quatre licences ont été passées au crible par cette Commission : Overwatch, Counter-Strike : Global Offensive, Star Wars Battlefront II et FIFA18. Si les deux premiers ne sont concernés que par le côté cosmétique du problème, ce n’est pas entièrement le cas pour les deux autres.

Commission des jeux de hasard

Prenons l’exemple de FIFA18 qui propose des packs de joueurs à l’achat, ces derniers permettant d’améliorer son équipe dans le mode en ligne FUT. En cas de verdict positif, comment vont réagir les joueurs belges quand ils se retrouveront avec leur équipe de base face à des joueurs venant de pays où les loot boxes sont encore autorisées et qui auront donc une équipe bien supérieure et la quasi certitude de remporter le match à tous les coups?

LE VERDICT EST TOMBÉ

Pour s’aider dans son enquête, la Commission a examiné, entre autres, ces quelques aspects :

  • • la perspective émotionnelle de profit (l’effet Kinder)
  • • le mélange entre fiction et réalité (mise en place de publicité réelle pour l’achat de virtuel)
  • • l’utilisation d’un système de monnaies distinct (acheter de la monnaie virtuelle avec de l’argent réel)
  • • aucune restriction de dépôt d’argent sur son compte joueur
  • • vérification de la transparence du générateur aléatoire

Afin d’aller encore plus loin dans sa démarche, elle s’est posée trois questions :

  • • Est-il question d’un élément qui invite au jeu ?
  • • Une mise peut-elle mener à un gain ou une perte ?
  • • Le caractère aléatoire joue-t-il un rôle dans le déroulement de jeu ?

Après plusieurs mois d’enquête, la Commission des jeux de hasard a donc rendu ses conclusions : les loot boxes sont des jeux de hasard et devront être légiférées à l’avenir comme telles. De ce fait, elle va faire parvenir plusieurs recommandations aux décideurs, éditeurs, plateformes de jeux mais également aux organismes qui octroient des licences comme la FIFA par exemple. Tout cela dans le premier but de mettre en place des mesures de protection à l’égard des personnes vulnérables et des mineurs.

Loot Boxes

L’État belge ne plaisante pas avec ce problème puisque ce système de loot boxes enfreint la législation relative aux jeux de hasard et pourrait donc conduire à des actions juridiques sur le plan pénal. Il demande donc aux éditeurs de supprimer le système de loot boxes, sans quoi des peines de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans et une amende de maximum 800 000€ pourraient être appliquées. Et si des mineurs sont impliqués, alors ces peines peuvent être doublées !

LA FIN DES LOOT BOXES EN BELGIQUE?

Je suis intimement persuadé que les loot boxes ne disparaitront pas des jeux vidéos. La première piste est que chaque pays à son propre jugement, certains ne reconnaissant pas les loot boxes comme étant du hasard, d’autres oui (on vient de le voir). Ce qui, dans certains cas, pourrait créer une sorte de concurrence déloyale entre les athlètes e-sportifs. Constatant la croissance mondiale du sport électronique et la puissance des lobbys qui se cachent derrière, je doute que les éditeurs de jeux vidéos se privent d’une telle source de revenus.

Mais l’argument qui me pousse le plus à dire que les loot boxes ne disparaitront jamais (peut-être temporairement pour crédibiliser la décision de certains États) est que ce genre d’opportunité n’échappe jamais à un gouvernement : soyons lucides, cela fait débat aujourd’hui au plus haut niveau du pays parce qu’il n’a pas la main mise dessus. Pourquoi supprimer quelque chose que l’on pourrait taxer? A-t-on supprimé la cigarette, l’alcool, les jeux à gratter, le poker lors de l’explosion du phénomène? Non, on l’a légiféré et taxé.

La meilleure preuve est que ce n’est pas un “non” catégorique et définitif. Dans son communiqué de presse, on lit que le Ministre Koen Geens souhaite entamer un dialogue dans les plus brefs délais avec les concepteurs, les exploitants ainsi qu’avec la Commission des jeux de hasard afin de déterminer les responsabilités de chacun. Un système de licence sera plus que probablement imposé aux éditeurs de jeux, qui pourront moyennant l’achat de cette licence, continuer à proposer un système équivalent aux loot boxes actuelles mais contrôlé.

Loot Boxes

« Le mélange des jeux vidéo avec les jeux de hasard, surtout à un âge précoce, représente un danger pour la santé mentale. Nous avons déjà pris de nombreuse mesures visant à protéger tant les personnes mineures que les personnes majeures, notamment de l’influence des publicités faites aux jeux. C’est la raison pour laquelle nous devons également nous assurer que les enfants et les adultes ne soient pas confrontés à des jeux de hasard lorsqu’ils cherchent juste à s’amuser dans un jeu vidéo »
Koen Geens, Ministre de la Justice

Crédits images : SPF Justice, Blizzard, Annika Haas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *