Home / Jeux / Battle Royale / Résumé de la DreamHack Open Tours 2018

Résumé de la DreamHack Open Tours 2018

DreamHack Open Tours 2018

La DreamHack posait ses valises ce week-end à Tours pour son édition “Open”. Pas moins de dix disciplines différentes ont été jouées durant trois jours, en rassemblant au passage des centaines de joueurs prêts à en découdre. Petit résumé du parcours de nos compatriotes.

PRÉSENTATION

La DreamHack Open est le premier circuit e-sportif lancé par l’organisation DreamHack. Créé en 2012, il parcourt aujourd’hui le monde entier sur Counter-Strike : Global Offensive et fait s’affronter des équipes venant de toute la planète. Chaque étape propose un tournoi fermé composé de six équipes invitées et deux qualifiées (Europe et Amérique du Nord) et un tournoi Bring Your Own Computer (BYOC) ouvert à tous.

Moins prestigieuses que les DreamHack Masters, les versions Open offrent tout de même un cashprize de 100 000$ à chaque édition, en plus des 5000€ destinés au tournoi BYOC pour cette DH Tours.

Mais ce n’est pas tout, cette édition a voulu faire la part belle à tous les joueurs puisque l’organisation y a proposé d’autres tournois tels que League of Legends (manche faisant partie de l’Open Tour), Hearthstone, Fortnite, Overwatch, PlayerUnknown’s Battlegrounds, Shadowverse et bien d’autres…

Malheureusement, cette DreamHack Tours a subi de nombreux problèmes techniques et des retards de plusieurs heures sont venus gâcher la fête. Des tensions se sont créées entre certaines équipes CS:GO participant au tournoi BYOC, allant même jusqu’à provoquer l’exclusion de certains joueurs et spectateurs et ainsi insuffler une atmosphère pesante et malsaine sur le reste de la compétition.

L’événement ayant réuni des centaines de joueurs tout au long des trois jours de compétition, plusieurs Belges y étaient bien sûr présents. Certains y ont même réalisé de très belles performances ! Nous vous proposons un résumé complet de celles-ci !

COUNTER-STRIKE : GLOBAL OFFENSIVE OPEN

Nous vous en avions fait la preview la semaine dernière, le tournoi principal de cette DreamHack rassemblait huit équipes autour d’un cashprize de 100 000$ : France EnVyUs, Kazakhstan Gambit, Suède GODSENT, Europe HellRaisers, Danemark North, Europe Imperial, Pologne AGO (qualifié EU) et USA - Canada Torqued (qualifié NA).

Notre meilleur représentant, Belgique Adil “ScreaM” Benrlitom, était de la partie avec sa structure France EnVyUs. Les Franco-Belges, au plus mal ces derniers temps, voyaient là leur probable dernière chance de réaliser un coup d’éclat leur permettant de sauver leur line-up actuelle.

Le tirage au sort des poules n’a pas souri à notre compatriote puisque lui et ses équipiers se sont retrouvés dans le groupe de la mort en compagnie de Danemark North, Europe Imperial et Europe HellRaisers.

DreamHack Open Tours 2018

La première rencontre les a opposé aux redoutables Europe HellRaisers. Heureusement, France EnVyUs a su se surpasser devant son public et contredire tous les pronostics : victoire 16 à 3 ! Une victoire au tour suivant contre Danemark North leur aurait assuré un top4 salvateur. Il n’en fut malheureusement rien (défaite 8 à 16) et les “Boys in Blue” ont été contraints de jouer un BO3 décisif contre Europe HellRaisers à nouveau. Le vainqueur passait en quart de finale, le perdant était définitivement éliminé de la compétition.

Pas de miracle cette fois, France EnVyUs va perdre sèchement (6 à 16 sur Mirage, 2 à 16 sur Train) les deux manches et sortir de la compétition sur un top5-6. Cela signe probablement la fin de la line-up telle que nous la connaissons aujourd’hui.

DreamHack Open Tours 2018

La grande finale aura vu des Danois de Danemark North en grande forme. Une victoire 2 à 0 face à Europe HellRaisers leur offre le titre ainsi que les 50 000$ promis aux vainqueurs !

COUNTER-STRIKE : GLOBAL OFFENSIVE BYOC

À côté du tournoi Open CS:GO se jouait la version Bring Your Own Computer (BYOC) du même jeu. LAN classique ouverte à tous et où chacun amène son propre matériel, un cashprize de 5000€ attendait les compétiteurs. Tout était donc réuni pour que la fête soit totale sur Counter-Strike : Global Offensive.

DreamHack Open Tours 2018

Les choses ne se sont malheureusement pas aussi bien déroulées. Des problèmes techniques (notamment dû à des attaques DDOS de certains serveurs et un réseau pas au mieux de sa forme) ont très vite envenimé les choses. La tension, l’impatience d’en découdre et la fatigue ont commencé à faire leur apparition chez certains joueurs et des retards de plusieurs heures sont venus ternir l’ambiance du tournoi.

Quoi qu’il en soit, celui-ci a tout de même eu lieu et a commencé par la traditionnelle phase de poule. Vingt équipes ont été réparties en quatre poules de cinq, le dernier de chaque poule étant envoyé dans un arbre amateur pendant que les autres continuaient leur route dans un arbre “Elite”.

Trois Belges étaient en lice : Belgique Benoit “MetaL” Guelette (aAa), Belgique Nicolas “Keoz” Dgus (de retour exceptionnellement chez Epsilon France) et Belgique Younes “YOUYOU” Ait-Lalla (Paris Gaming School).

Pas de grosses surprises dans cette phase de poule, tous les favoris se qualifiant très facilement pour l’arbre final. Les quatre équipes rejoignant l’arbre amateur sont des mixs : France EvilFox_Esport, France ROYALK1NG, France AYYY LMAO!! et France Kurwa mix.

L’arbre final (Elite) se jouait en BO1 jusqu’aux demi-finales jouées elles en BO3, le tout sous un format à double élimination.

Rien à signaler à nouveau lors du premier tour, les favoris à la victoire finale ne laissant que quelques maigres rounds à leurs adversaires. Le drame arriva lors du deuxième tour, dans le choc supposé entre France aAa et France Epsilon France. Le retard étant de plusieurs heures à ce stade de la compétition, les équipes ont dû s’occuper comme elles le pouvaient. Et malheureusement Belgique MetaL et ses équipiers se sont présentés très en retard pour leur quart de finale.  Le capitaine des France Epsilon France a donc fait jouer la règle du forfait applicable à ce genre de situation et a ainsi renvoyé France aAa en Looser Bracket.

DreamHack Open Tours 2018

La première demi-finale du Winner Bracket a opposé la France Paris Gaming School à France dizLown. Ce sont ces derniers, au prix d’une belle remontée après la perte de la première manche, qui empocheront la victoire. Ils allaient donc retrouver France Epsilon France en finale du Winner Bracket, ces derniers étant venus à bout 2 à 0 de France MERILETFOU dans la seconde demi-finale. Pas de victoire dans cette finale WB pour Belgique Keoz et les siens qui s’inclineront 0 à 2 et devront passer par le Looser Bracket.

 France aAa de son côté, certainement frustré et en colère de ne pas avoir pu se défendre en quart de finale du Winner Bracket, va remonter tout le Looser (en éliminant Belgique YOUYOU et ses équipiers en demi-finale) jusqu’à retrouver leurs ennemis du jour France Epsilon France en finale de celui-ci. Une place en grande finale face à France dizLown attendait le vainqueur.

DreamHack Open Tours 2018

Vu le contentieux entre les deux équipes, la rencontre promettait des duels tendus et spectaculaires. Ce fut le cas puisqu’ France aAa finira par s’imposer 25 à 23 au terme de plusieurs prolongations indécises. Troisième place donc pour Belgique Nicolas “Keoz” Dgus et ses équipiers.

La grande finale opposera France dizLown à  France aAa et sera jouée en ligne la semaine prochaine. Les retards accumulés étant tellement importants, il était devenu impossible de faire jouer cette finale sur place.

Pour l’anecdote, c’est France AYYY LMAO!! qui remporte le tournoi amateur suite à leur victoire en finale 2 à 0 face à France Kurwa mix.

Crédits images : DreamHack, aAa, lamoms13, Benjamin Meulemans (Frags.be)

Sommaire :
Page 1 : CS:GO Open et BYOC
Page 2 : League of Legends
Page 3 : Hearthstone
Page 4 : Fortnite et PUBG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.